Ruwen Ogien: L'éthique aujourd'hui: maximalistes et minimalistes

ogien.jpg

Ruwen Ogien fait partie de ces rares philosophes français qui publient et réfléchissent. Il ne passe pas à la télé (enfin, je ne crois pas, je ne la regarde pas), n'a pas de chemise blanche ouverte sur un poitrail velu et prend peu position pour sauver la chrétienté ou la judéité des périls de l'islam. Par contre, il s'intéresse à l'éthique. Et il le fait bien, avec brio et provocation.

ogienr.jpeg

4e de couverture

Imaginez un monde dans lequel vous pourriez être jugé "immoral" pour vos actions non seulement à l'égard des autres, mais aussi de vous-même. Qui aimerait vivre dans un tel monde, où rien de ce qu'on est, pense ou ressent, où aucune de nos activités, fût-elle la plus solitaire, n'échapperait au jugement moral ? C'est pourtant ce que propose aujourd'hui l'éthique, largement ralliée aux thèses maximalistes d'un Aristote, qui nous recommande tout un art de vivre et pas seulement un code de bonne conduite en société, et de Kant, pour qui nous avons des devoirs moraux à l'égard d'autrui comme de nous-même. C'est oublier les éthiques alternatives, minimalistes, pour lesquelles le monde moral, moins envahissant, se limite au souci d'éviter de nuire délibérément à autrui. Toute l'histoire de l'éthique aujourd'hui est l'histoire de l'opposition entre maximalistes et minimalistes.

Voir aussi:

  • billets/file372.txt
  • Dernière modification: 2018/05/01 13:06
  • (modification externe)