Deon Meyer, Kobra

kobra.jpg

4e de couverture

Paul Anthony Morris, mystérieux client britannique de la guest-house d'un domaine viticole de Franschhoek, a disparu, et ses trois gardes ont été tués. Seul indice : des douilles de cartouches gravées d'une tête de cobra. Dès le début de son enquête, Benny Griessel se heurte à la réticence du consulat et de sa hiérarchie.

Au Cap, le jeune Tyrone Kleinbooi dérobe sous l’œil d’une caméra de surveillance le sac d’une touriste dans la marina du port. Alors qu'ils s'apprêtent à l'interroger, les agents de sécurité sont abattus méthodiquement par un tueur cagoulé qui laisse sur place des douilles gravées d'une tête de cobra.

Tyrone réussit à s’échapper en emportant son butin, mais quand, peu après, sa sœur Nadia est kidnappée, Benny le soupçonne d'être en possession d’un élément crucial.

Le tueur semble être un professionnel surnommé Kobra, mais pour qui travaille-t-il ?

Quand à Paul Anthony Morris, il se révèle être un brillant mathématicien, inventeur d'un logiciel permettant de repérer, dans les transactions financières mondiales, le parcours de l’argent sale issu du crime organisé et du terrorisme. Qui a commandité son enlèvement?

Note Fred

Après un début en force, l'action s'enlise un peu autour des éternels problèmes de Benny Griessel. Ok, on le sait qu'il est alcoolo. Et qu'il est farouche et pas fait pour la vie en couple. On se dit: aïe. le polar #9 c'est le polar de trop, malgré la qualité de la plupart des polars de Deon Meyer je me rappelle en avoir déjà lu un mauvais (mais dont je n'ai pas retrouvé le titre).

Puis arrive un personnage assez fabuleux, pickpocket attachant qui se trouve embarqué dans cette sombre histoire par hasard et pas rasé, et qui sauve la mise par son intelligence. D'autant plus qu'à partir de la deuxième partie, le rythme s'accélère, que même Griessel semble sortir de sa léthargie et c'est tant mieux car au final c'est un polar assez plaisant.

  • billets/deon_meyer_kobra.txt
  • Dernière modification: 2019/02/14 07:00
  • par radeff