Andrei Kourkov, Les pingouins n’ont jamais froid

pingouisjamaisfroid.jpeg

Андрій Юрійович Курков, moi j'aime. Déjà le bonhomme: écrivain ukrainien de langue russe, visiblement pas trop apprécié ni par les nazis uniates ni par les fachos russes. Ensuite l'humour: grinçant, morbide, décalé, en un mot: très gogolien.

J'avais bien aimé Laitier de nuit, et son premier "pingouin" que je n'ai malheureusement pas commenté sur ce blog (va falloir que je le reliste); celui-ci j'ai positivement adoré. Un regard sacrément critique sur la société russe du XXIe siècle.

Extraits

"Jetant un dernier regard à la tombe, il se dirigea vers la sortie, passant en chemin devant un panneau de marbre de deux mètres de haut où le défunt était représenté grandeur nature, en survêtement Adidas, les clés d’une Mercedes, que l’on distinguait à l’arrière-plan, à la main."

...

"– Compris. Bon, allez, on descend dans la salle de billard. Ménageons notre cerveau ! Il faut faire comme Tolstoï : labourer un bon coup, puis revenir au bureau et écrire."

  • billets/andrei_kourkov_les_pingouins_n_ont_jamais_froid.txt
  • Dernière modification: 2018/12/04 21:51
  • par radeff