Carlos Salem, Attends-moi au ciel

Quand Piedad de la Viuda, séduisante héritière et dévote, au seuil de la cinquantaine, s'éveille ce lundi-là, elle ignore que sa vie va basculer à jamais. Brusquement, elle s'aperçoit que son époux n'était pas celui qu'elle croyait. Que l'accident dans lequel il est décédé un mois plus tôt n'en était pas vraiment un. Et que les caisses de l'entreprise familiale sont vides. Pour découvrir la vérité, sauver son patrimoine - et sa peau ! -, Piedad la bigote va devoir s'aventurer dans les bas-fonds madrilènes. Et devenir, en l'espace d'une folle semaine, une femme fatale meurtrière.

Libérée de son infâme conjoint, Piedad la shizo affronte ses deux moi1): Piedad et Elle et c'est bien jouissif; un miroir du premier polar que j'ai lu de cet auteur, Aller simple.


1)
on met un s à “ses deux mois”? dilemme freudien
  • billets/2019/0503carlos_salem_attends-moi_au_ciel.txt
  • Dernière modification: 2019/06/19 23:09
  • (modification externe)