Joseph Conrad, Amy Foster

Amy Foster (1901) a souvent été considéré comme une des oeuvres les plus autobiographiques de Conrad et on y a vu un parallèle avec la situation qu'il vécut lorsqu'il s'arracha à sa Pologne natale pour devenir citoyen britannique. C'est d'abord une histoire de mer, qui raconte avec un réalisme terrifiant les tribulations d'un groupe d'émigrants pauvres poussés par l'espoir d'un eldorado en Amérique. Après le naufrage de son navire, le jeune Yanko devient un véritable paria dans une communauté paysanne anglaise qui voit en lui un fou dangereux. Le récit reprend le thème conradien de la rencontre entre l'autochtone et l'étranger, le civilisé et le sauvage. Inversant les figures de l'humain et l'inhumain, Conrad montre le “sauvage”, le “fou”, doué d'une humanité profonde qui se brise sur le refus obstiné des fermiers du Kent de reconnaître l'altérité de l'étranger. Sur cette situation désespérante vient se greffer une histoire d'amour qui prend vite la dimension d'une tragédie entre deux êtres que tout sépare. A la fois tragédie romantique et parabole moderne sur la rencontre de l'autre, Amy Foster est un des textes les plus poignants de toute la littérature anglaise.

Source: Payot/Rivages

Il se souvenait de la souffrance qu’il ressentit dans sa misère et sa détresse, de son étonnement douloureux en s’apercevant que personne ne la voyait ni ne la comprenait, de son désarroi en découvrant que tous les hommes étaient furieux et toutes les femmes insensibles. Il est vrai, disait-il, qu’il les avait abordés comme un mendiant; mais dans son pays, même si l’on ne donnait rien,on parlait gentiment aux mendiants. Dans son pays, on n’apprenait pas aux enfants à jeter des pierres sur ceux qui imploraient la pitié.

OK je ne suis pas très objectif car j'adore positivement Conrad, dont je relis Heart of Darkness1) tous les 4-5 ans.

Magnifique nouvelle: outre les infos autobiographiques, quasi psychanalytiques, qu'elles donnent sur Conrad (ça c'est pour les afficionados conradiens) c'est une magnifique plongée dans l'enchâssement cher à cet auteur, avec quelques années d'avance sur Faulkner, mais aussi dans l'acceptation de l'autre. Enfin, Yanko aurait aussi sa place chez Harrison, avec son mélange d'élégance et de sauvagerie, d'intelligence et d'ignorance.

Plus sur wikipédia (en)


1)
là je frime… en fait je relis Au coeur des ténèbres car je trouve pas trop facile en anglais
  • billets/2018/1117_joseph_conrad_amy_foster.txt
  • Dernière modification: 2018/11/17 10:02
  • par radeff