Gunnar Staalesen, Où les roses ne meurent jamais

Petite-Mette jouait gentiment dans le bac à sable devant la fenêtre de la cuisine. Soudain, elle ne fut plus là, seul son nounours traînait encore dans le sable. Presque vingt-cinq plus tard, sa mère lance un ultime appel, juste avant la date de prescription pour ce genre de crime. Et les cas désespérés sont pour Varg Veum. Un suspense haletant où le privé norvégien enquête dans les communautés hippies de la fin des années 1970, icônes de partage et d'ouverture d'esprit. Ou de secrets et mensonges?

Encore un petit hors-d'œuvre rédigé par le chef Staalesen avec brio: malgré le pitch, on ne tombe jamais dans le pathos et on suit avec humour Veum dans les méandres de cette société glacée.

  • billets/2018/0926gunnar_staalesen_ou_les_roses_ne_meurent_jamais.txt
  • Dernière modification: 2018/10/05 07:45
  • (modification externe)